Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Art & Photo Par Artsomdede

  • : Art et photo par artsomdede
  • Art et photo par artsomdede
  • : Carnet de voyage d'un couple Franco-Thailandais, à base de dessins, aquarelles, peintures, ou de photographies, sur l'Asie, la Thaïlande, le Laos, le Cambodge, le Vietnam, et l'Europe, la France et bien d'autres destinations et sujets...
  • Contact

Copyright

Le contenu de ce blog est soumis au régime des
droits d'auteur ou copyright.
© Andre Lurde
© Somboon Phoungdorkmai
©artsomdede

Recherche

Merci de votre visite

Vos commentaires sont les bienvenus
Inscrire votre email à la newsletter permet d'être informé de nos publications.

Pour des questions spécifiques appelant des réponses personnalisées
qui n'apparaîtront pas dans les commentaires publics,
utiliser un formulaire: Cliquez ici.


Pour plus d'images, rendez vous sur le site 
www.artsomdede.com


Le contenu de ce blog est soumis au régime des droits d'auteur ou copyright.
© Andre Lurde / © Somboon Phoungdorkmai / © artsomdede

Portfolios

Catégories

17 février 2014 1 17 /02 /février /2014 01:30

Une photographie (1998), sans retouche ni trucage, représente toujours un instantané de la réalité. Moulinée par l'esprit, elle devient une fiction née d'une interprétation propre au regard et à l’imagination de chacun.

Ce jour-là, j'ai vu l'histoire de la vie de couple défiler en trois chapitres devant mon objectif ; la rencontre, passion dévorante et fusionnelle ; le cheminement côte à côte, jamais monotone avec la bonne personne ; puis le moment venu, la séparation inéluctable où l’un s’en va sans l’autre.

Un cliché en hommage à Georges Brassens à l'heure où la sainte famille refait son apparition.

Banc Public.

" Les Amoureux Des Bancs Publics" :

Les gens qui voient de travers
Pensent que les bancs verts
Qu'on voit sur les trottoirs
Sont faits pour les impotents
Ou les ventripotents
Mais c'est une absurdité
Car à la vérité
Ils sont là, c'est notoire
Pour accueillir quelque temps
Les amours débutants

Les amoureux qui s'bécotent sur les bancs publics
Bancs publics, bancs publics
En s'foutant pas mal du r'gard oblique
Des passants honnêtes
Les amoureux qui s'bécotent sur les bancs publics
Bancs publics, bancs publics
En s'disant des Je t'aime pathétiques
Ont des p'tites gueules bien sympathiques

Ils se tiennent par la main
Parlent du lendemain
Du papier bleu d'azur
Que revêtiront les murs
De leur chambre à coucher
Ils se voient déjà, doucement
Elle cousant, lui fumant
Dans un bien-être sûr
Et choisissent les prénoms
De leur premier bébé

Les amoureux qui s'bécotent sur les bancs publics
Bancs publics, bancs publics
En s'foutant pas mal du r'gard oblique
Des passants honnêtes
Les amoureux qui s'bécotent sur les bancs publics
Bancs publics, bancs publics
En s'disant des Je t'aime pathétiques
Ont des p'tites gueules bien sympathiques

Quand la sainte famille machin
Croise sur son chemin
Deux de ces malappris
Elle leur décoche hardiment
Des propos venimeux
N'empêche que toute la famille
Le père, la mère, la fille,
Le fils, le Saint-Esprit
Voudrait bien, de temps en temps
Pouvoir s'conduire comme eux

Les amoureux qui s'bécotent sur les bancs publics
Bancs publics, bancs publics
En s'foutant pas mal du r'gard oblique
Des passants honnêtes
Les amoureux qui s'bécotent sur les bancs publics
Bancs publics, bancs publics
En s'disant des Je t'aime pathétiques
Ont des p'tites gueules bien sympathiques

Quand les mois auront passé
Quand seront apaisés
Leurs beaux rêves flambants
Quand leur ciel se couvrira
De gros nuages lourds
Ils s'apercevront, émus,
Qu'c'est au hasard des rues
Sur un d'ces fameux bancs
Qu'ils ont vécu le meilleur
Morceau de leur amour

Les amoureux qui s'bécotent sur les bancs publics
Bancs publics, bancs publics
En s'foutant pas mal du r'gard oblique
Des passants honnêtes
Les amoureux qui s'bécotent sur les bancs publics
Bancs publics, bancs publics
En s'disant des Je t'aime pathétiques
Ont des p'tites gueules bien sympathiques

Georges Brassens

Partager cet article

Repost 0
Published by artsomdede - dans société photo
commenter cet article

commentaires

B.T. 17/02/2014 08:20

« Dieu a bien fait les choses, car dans un couple, à mesure que les rides apparaissent, la vue baisse. »

Dédé 17/02/2014 12:11

C'est ainsi que se conserve le charme de la vieillesse dans les vieilles croûtes.